Livraison / Drive : une solution pour les commerçants locaux

Écrit par sur 23 avril 2020

Dans le cadre de la pandémie de Coronavirus, la réglementation  interdit ou réglemente l’accueil de public  de commerces et établissements. 

Depuis la mise en place du confinement, des règles de distanciation étant particulièrement difficiles au sein de certains établissements recevant du public, ceux qui ne sont pas « indispensables à la vie de la Nation » font l’objet d’une interdiction de réception jusqu’au 11 mai 2020. 





Les établissements autorisés à recevoir du public doivent mettre en place les mesures d’hygiène et de distanciation sociale, dites “barrières”, définies au niveau national.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est DISTANCIATION-SOCIALE.jpg.

L’arrêté du 15 mars 2020, modifié, liste de façon exhaustive les établissements pouvant continuer à recevoir du public en respectant les consignes en matière d’hygiène et de distanciation sociale. 

Possibilité de reprise d’activité sous forme de livraison depuis le 23 mars 2020

En se référant l’article 8 du décret n°2020-293 du 23 mars 2020, il est à noter que les activités de livraison de colis et de repas ainsi que le retrait de commandes demeurent autorisées, dès lors que les gestes barrières sont respectés.
 

Les clients doivent effectuer leur commande à distance et doivent se rendre sur place pour réceptionner le colis préparé, sans avoir accès aux rayons du magasin.
Il est possible d’installer une table à l’entrée du magasin afin de remettre le colis et d’effectuer le règlement. L’accès à une caisse n’est envisageable qu’à la condition que le client ne déambule pas dans le commerce.

Sur l’attestation de déplacement, il faut cocher « déplacements pour effectuer des achats de première nécessité », quelle que soit la nature du bien commandé à distance.

Le débat était resté ouvert sur cette notion de commerces essentiels, notamment concernant les librairies. Lors d’une interview sur France Inter le 19 mars, le Ministre de l’Economie Bruno Lemaire avait dit qu’il considérait la librairie comme un commerce de première nécessité mais le Syndicat de la librairie française quoi que d’accord sur le fond et souhaitant l’aide financière de l’Etat s’était inquiété du risque pris pour les libraires et les clients. Jeudi 16 avril, toujours sur France Inter, le Ministre de la Culture Franck Riester a reconnu que « la chaîne du livre est en danger et donc il est important de se mobiliser »« Certains libraires organisent d’ores et déjà des retraits de commandes. Une des priorités c’est de rouvrir le plus rapidement possible les librairies après le 11 mai. Ça doit se faire avec les représentants des libraires, en respectant les règles sanitaires, mais c’est essentiel que nos compatriotes puissent y aller à nouveau pour acheter des livres ».

La librairie Mille et une pages a décidé de proposer un service de livraison à partir du mercredi 22 avril.

« A partir du mercredi 22 avril, les commandes et retraits de livres seront à nouveau possibles à la librairie » explique Martine Szafranski, dans la limite du stock actuel puisque qu’elle ne peut pas commander actuellement d’autres ouvrages. « On a accès au listing du stock disponible sur le site Place des libraires et on peut même y commander en ligne «  https://www.placedeslibraires.fr/librairie-2759/Avranches/Mille-et-une-pages/

Martine est présente à la librairie tous les mercredis, jeudis, vendredis et samedis de 9h30 à 13h pour répondre au téléphone (02 33 60 91 85) et livrer les commandes. Elle est joignable sur sa messagerie arc-en-ciel50@orange.fr.

Retrouvez son interview dans les « Rencontres de Sophie » en direct samedi 25 avril à 18h et en podcast ensuite.

D’autres librairies le proposent aussi à Granville comme Le Détour et L’Encre bleue.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Piste actuelle

Titre

Artiste